Le développement cérébral ne serait pas définitif !

Le développement cérébral ne serait pas définitif : en clair, rien n'est jamais trop tard.

 

 

En revanche, il est chargé d'histoire. Ainsi vient-on de confirmer récemment par les techniques d'imagerie cérébrale que la surface du cortex représentant la main gauche s'élargit chez les violonistes, tandis que les aires d'orientation spatiale se développent chez les chauffeurs de taxi.

 

Tous les chercheurs en neurosciences sont d'accord aujourd'hui pour considérer que le cerveau gauche est plus développé chez les femmes, le cerveau droit chez les hommes, contrairement à ce que pense encore le grand public, et cela sous l'influence directe des hormones sexuelles. L'orientation : la femme est orientée dans le temps (cerveau gauche), l'homme est orienté dans l'espace (cerveau droit).

La femme est plus portée sur le partage verbal et la communication, tandis que l'homme est centré sur l'action et la compétition. 

 

Une protéine qui rend plus loquace ? En 2001, des scientifiques sont parvenus à identifier un gène appelé FOXP2 qui s'est avéré jouer un rôle primordial dans la production du langage, ceci par l'intermédiaire de la protéine qu'il produit. Or, d'après les nouveaux travaux, les femmes présenteraient des concentrations bien plus élevées en protéine FOXP2 que les hommes. * A l'âge adulte, les femmes téléphonent en moyenne 20 min par appel, contre 6 min pour les hommes, la femme a besoin de partager ses idées, ses sentiments, ses émotions, tandis que l'homme contrôle et retient les siens. En résumé, la femme est moins émotive, mais elle s'exprime davantage alors que l'homme est, en réalité, plus émotif, mais il n'exprime pas ses émotions. Quant aux organes des sens, la femme est beaucoup plus sensible : son ouïe est plus développée, son sens du toucher (jusqu'à 10 fois de récepteurs cutanés), son olfaction est plus fine (jusqu'à 100 fois). Quant à la vue, elle est davantage développée – et érotisée – chez l'homme. 

Les chercheurs expliquent ces nombreuses différences biologiques fondamentales entre hommes et femmes par la sélection naturelle tout au long de plus d'un million d'années de l'évolution de l'espèce humaine.

 

Reste encore à discourir sur l'acquis et l'inné, les hormones, etc, pour peut-être admettre l'utilité de notre complémentarité ! Parce qu'après tout, même si sur 24 000, on compte 0 fille surdouée en maths contre 63 garçons, c'est au creux de la mère dotée de 10 fois plus de récepteurs que l'enfant grandit ! Et si l'homme voit mieux de loin et perçoit davantage les mouvements, s'il a besoin d'aventure et de prise de risque (combat), ne serait-ce pas pour combler le besoin de sécurité féminin ? Tout est à réinventer dans le bonheur d'exceller dans nos compétences respectives et les mélanger à outrance. Et qui sait ce que les futures générations nous réservent ? 

 

 

 

* En savoir plus Maxisciences Copyright © Gentside Découvertes - Extraits de la conférence : Cerveau féminin/Cerveau masculin, Serge Ginger.

Écrire commentaire

Commentaires: 0